Origine et historique de DLK Technologies SA

L'origine de DLK Technologies SA, se trouve dans l'un des premiers systèmes biologiques adapté pour le recyclage des eaux de lavage de véhicules, à savoir le FBR « Filter und BioReaktor ». Cependant, en Suisse, le recyclage passant par le biais de solutions écologiques à haut rendement n'a que peu d'intérêt. Ainsi, le FBR s'est avéré mieux adapté pour la mise en conformité des eaux de lavage des châssis et moteurs. Le système DLK - FBR, devenu « FestBett Reaktor » fut donc revu et optimisé afin de permettre une dégradation optimale des hydrocarbures et des savons à l'aide de micro-organismes sélectionnés. On renonça donc pour l'époque à la partie filtration et l'on développa davantage la partie bioréacteur. Le DLK – FBR devint le premier système biologique reconnu par la Confédération helvétique pour le traitement des eaux de lavage fortement chargées.

Bien que cette solution de traitement était idéale du point de vue écologique et pour les garages de taille moyenne à grande, également très intéressante économiquement, le développement de la société ne fut pas celui escompté. Dès lors, DLK étendit la technologie FBR à l'industrie notamment en France voisine où la dégradation de l'ensemble des matières organiques (DCO) était demandée, contrairement à la Suisse où ne doivent être traités que les hydrocarbures (HCT). De plus, en couplant la biologie avec le plus puissant oxydant existant et le plus propre, l'ozone, nos systèmes se révélèrent capables de traiter des eaux extrêmement complexes. Le postulat, issu de notre collaboration avec l'EPFL, était d'utiliser l'oxydation chimique en amont pour rendre biodégradable ce qui ne l'est pas et de traiter au maximum l'effluent avec le FBR. L'issue de cette première aventure se concrétisa dans le cadre d'un projet européen, en couplant en premier l'oxydation chimique par une exposition aux UV solaires, suivi d'un traitement biologique FBR et finalement d'un passage sur un lit de plantes.

En se concentrant sur le traitement des eaux résiduaires industrielles, avec des technologies telles celles décrites, DLK se voulait être écologique dans l'écologie. Toutefois, comme les frais d'investissement primaient et priment toujours pour beaucoup par rapport au long terme et à l'écologie, pour répondre à cette demande plus terre à terre, DLK a restreint géographiquement son domaine d'activité et a inversement élargi sa palette de prestations en proposant des unités de traitement pour la préparation des eaux industrielles de process, tels qu'adoucisseurs, osmoseurs et résines de même que pour l'eau résiduaire, des installations d'électrocoagulation et physico-chimiques.

Longtemps, majoritairement, nous sommes restés impliqués dans le traitement des eaux résiduaires industrielles pour la Suisse romande, soit pour le traitement des hydrocarbures et des métaux lourds. La gamme de matériel a, avec le temps augmenté, puisqu'aujourd'hui nous traitons l'eau avec l'ensemble des solutions existantes, en fonction des besoins. En raison de notre philosophie, qui est de privilégier les solutions les plus vertes, nous avons jugé les méthodes comme les évaporateurs trop coûteuses énergétiquement et nous nous sommes orientés vers d'autres horizons.

L'association de DLK et d'ozone.ch

En fin 2012, pour répondre aux exigences de la croissance qualitative que nous nous sommes fixées, DLK et ozone.ch se sont alliées. La mise en commun des services proposés par les deux sociétés nous permet d'offrir une gamme plus large de solutions de traitement d'eau, qu'il s'agisse de purification, de recyclage, de revalorisation ou de mise en conformité. Cette combinaison de technologies et de savoir-faire, nous a ouvert de nouvelles perspectives, en particulier dans le domaine du recyclage de l'eau pour l'industrie microtechnique et pour l'industrie agroalimentaire ainsi que pour la potabilisation de l'eau de toiture, de source, de lac et de rivière.

La structure d'ozone.ch qui possède une succursale en France, nous a amenés à rélargir nos activités en Europe et dans le monde. ozone.ch proposant en parallèle du traitement de l'eau des solutions pour l'ozone, nos activités se sont développées également dans des secteurs qui ne sont pas directement liés au traitement de l'eau comme la conservation des fruits et la désodorisation.

Ainsi aujourd'hui, la division DLK travaille essentiellement pour le traitement des eaux industrielles et ozone.ch pour le traitement des eaux domestiques, pour les petites unités industrielles et bien entendu pour la partie ozone proprement dite. Pour ce faire, ozone.ch Suisse et DLK se sont réunies dans les mêmes locaux, en Suisse au Locle. De cette manière, nos clients disposent d'un savoir-faire commun, hérité d'une large expérience, fourni par le même personnel, mais à partir de deux historiques convergents. Cette association nous permet de satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante.

FaLang translation system by Faboba

dlk_homeadress

DLK Technologies SA
Chemin des Aulnes 1
CH-2400 Le Locle

Tél : ++41 (0)32 930 50 50
Fax : ++41 (0)32 930 50 55

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

dlk_usine

++41 (0)31 961 22 44

horaires d'ouverture:
lundi-vendredi
8.00 - 17.30 heures