Le principe de base consiste à oxyder les substances organiques.

Cette solution est utilisée pour le traitement de la DCO (demande chimique en oxygène), soit l'élimination des substances organiques, très difficilement ou pas biodégradables.

C'est aussi une bonne solution pour désinfecter et désodoriser les eaux recyclées.

L'oxydation chimique offre un rendement théorique parfait, puisqu'elle transforme la matière organique en H2O + CO2
Elle permet un traitement de la DCO soluble. De plus, c'est une excellente technique pour la décoloration et la désodorisation.

Les oxydants applicables:

Les différentes techniques peuvent être couplées.

L'oxydation chimique à l'aide d'oxydant chimique

La solution de loin la plus économique est l'injection d'oxydant chimique. Elle est utilisée notamment avec succès pour les systèmes de recyclage de l'eau KLA pour les eaux de lavage de véhicules.

En Suisse, des stations d'épuration communales mélangent les eaux en sortie de station avec un oxydant chimique avant de la rejeter dans le milieu naturel, afin d'éliminer les odeurs et d'assurer un traitement final des substances organiques non biodégradables susceptibles de générer une eutrophisation dudit milieu naturel.

L'oxydation chimique par ozonation

L'ozone est une solution extraordinairement performante. DLK a réussi à traiter des eaux fortement chargées (plusieurs dizaines de grammes par litre de matière organique) à quelques milligrammes par litre. (50 g/l => 10 mg/l !!!). Le problème est le prix de l'équipement requis pour garantir la quantité d'oxydant nécessaire.

Pour traiter des eaux résiduaires, on admet un ratio de 10 à 100 x plus d'oxydant que pour la production d'eau de boisson.

La durée de vie de l'ozone est de 20 minutes, ce qui est très pratique, car en cas d'accident, il suffit d'arrêter l'installation une demie heure, ce qui nous permettera ensuite de travailler librement.

Les autres systèmes d'oxydation chimique

Le problème est le même que celui avec l'ozone. Les lampes UV perdent extrêmement vite de rendement en fonction de la turbidité de l'eau. Le peroxyde d'hydrogène est cher et a une durée de vie limitée.

Couplage par oxydation chimique - biochimique

L'oxydation chimique seule n'a souvent pas de sens. DLK l'utlise en couplage tout particulièrement avec des systèmes de biodégradation.

 

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba

dlk_homeadress

DLK Technologies SA
Chemin des Aulnes 1
CH-2400 Le Locle

Tél : ++41 (0)32 930 50 50
Fax : ++41 (0)32 930 50 55

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

dlk_usine

++41 (0)31 961 22 44

horaires d'ouverture:
lundi-vendredi
8.00 - 17.30 heures